Collecter, centraliser et partager toutes les informations liées aux produits, voilà le credo d’Alkemics. Fondée en 2010, cette startup française met à disposition des acteurs du retail une solution digitale innovante capable de créer un véritable réseau d’échange de données autour des produits. Présentation…

Lorsque naît Alkemics, il y a huit ans, la toute jeune startup positionne son offre en partant d’un constat simple : alors que le nombre de sites e-commerce explose, il manque pourtant aux fournisseurs et distributeurs un outil simple et efficace de mise en relation et de partage de l’information générée autour des produits commercialisés. La plateforme alors développée par Alkemics séduit immédiatement les acteurs du retail et va jusqu’à conquérir plus de 13 000 marques à ce jour. « Nous nous sommes aperçus, au fil du temps, qu’Alkemics était bien plus qu’un réseau d’échange, mais pouvait également permettre à nos clients de collaborer entre eux », explique Antoine Durieux, co-fondateur et CEO d’Alkemics. « On assiste en effet aujourd’hui à une transformation profonde du secteur du retail, et, en premier lieu, de la nature de la relation entre fournisseurs et distributeurs. Au carrefour de ces enjeux de transition, on trouve l’amélioration de la gestion et du partage de l’information ».

Un secteur en pleine mutation

Face à l’émergence de nouveaux enjeux d’efficacité opérationnelle, opérer des transformations profondes et structurelles apparaît impératif pour les fournisseurs comme pour les distributeurs. Antoine Durieux l’affirme, « le système actuel ne fonctionne plus. Il est donc absolument nécessaire de penser de nouveaux modes d’organisation et de travail, dans le but final de maximiser la performance de vente et l’excellence opérationnelle ». Il faut dire qu’en l’espace de cinq ans, le paysage concurrentiel s’est nettement redéfini. Le nombre d’industriels avec lesquels les distributeurs travaillent a explosé. En cause : l’essor des PME et TPE, qui portent l’essentiel de la croissance du secteur. Un chiffre : elles génèrent 70% de la croissance des produits de grande consommation (PGC) depuis ces trois dernières années (Nielsen). Cette tendance, qui se vérifie sur l’ensemble des circuits de distribution, fait écho, selon Antoine Durieux, à une particularité du marché français. « Les consommateurs sont très attachés à la notion de local, de proximité. Les changements profonds que nous observons dans la distribution se font sous leur impulsion ».

Ce succès des PME et TPE s’explique aussi par leur capacité à créer des niches particulièrement en phase avec les tendances du marché, tout en profitant d’une grande agilité due à leur taille. « C’est la même chose pour les distributeurs », précise Antoine Durieux. « La distribution hyper spécialisée performe très bien, à l’instar d’Action ». A cette explosion du nombre d’acteurs s’ajoute celle des produits disponibles sur le marché. Une évolution qui, elle aussi, va dans le sens de la spécialisation, grâce, par exemple, aux micro-assortiments, qui permettent à chaque magasin de mettre en place un éventail de produits de plus en plus adaptés aux envies des consommateurs en fonction notamment de la localisation. Les industriels contribuent eux-mêmes à augmenter le nombre de produits grâce à la modernisation des techniques de production. « Les fournisseurs sont capables d’opérer des micro-ajustements de l’offre beaucoup plus régulièrement, pour toujours mieux répondre aux attentes des consommateurs », précise Antoine Durieux.

Des consommateurs informés et exigeants

Ceux-ci attachent une importance grandissante à la transparence et à l’engagement des marques dans la transition alimentaire. « Les Français sont de plus en plus exigeants quant à la qualité et la provenance des produits qu’ils consomment. Ils s’informent notamment à travers les applications mobiles, veulent connaître la composition des aliments, les allergènes et les additifs qu’ils contiennent… ». Cette course à l’information se traduit, pour les fournisseurs et les distributeurs, par une augmentation exponentielle de la quantité de données nécessaires pour vendre leurs produits. Une croissance du volume de données qui s’accompagne d’une attention encore plus grande accordée à la qualité et la fiabilité même de ces informations.

La démultiplication et l’accélération des réglementations entraînent désormais une exigence de qualité absolue au service du consommateur final, et répondent aussi à un enjeu de performance logistique entre fournisseurs et distributeurs, comme l’explique Antoine Durieux : « D’une information produit de haute qualité dépend l’excellence opérationnelle de toute la chaîne. Concrètement, cela permet d’éviter des palettes qui n’entrent pas dans des entrepôts automatisés ou encore des rayons non optimisés en raison de mauvaises dimensions de produits sur les plannogrammes ».

L’agilité, la clé du succès

Dans une logique d’accompagnement de tous ses clients vers toujours plus de digitalisation de la relation fournisseur-distributeur, Alkemics, qui compte aujourd’hui près de 80 collaborateurs, continue aujourd’hui l’enrichissement technique de sa plateforme, et poursuit avec succès son développement à l’international. Antoine Durieux conclut : « Aujourd’hui, il ne faut plus dissocier retail physique et retail digital. L’omnicanal impose aux distributeurs de se réorganiser afin de répondre aux nouveaux modes de consommation. Cela passe par l’adoption d’outils digitaux agiles et collaboratifs permettant aux équipes de mettre rapidement en place une stratégie unifiée sur tous les canaux ! »

A propos de l'expert

Picture of Antoine Durieux

Antoine Durieux

Co-fondateur et CEO d’Alkemics

Antoine Durieux est le fondateur d’Alkemics. Formé à Polytechnique puis à Standford, Antoine se spécialise sur l'intelligence artificielle et les techniques les plus avancées tirant profit du Machine Learning et de l'analyse sémantique. A son retour en France il crée Alkemics sur la base d'un ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI