Ces dernières années ont vu émerger en France une multitude d’acteurs proposant de nouvelles formes de mobilité - trottinettes, scooters, voitures et vélos électriques en free-floating. La France dispose de l’un des écosystèmes de mobilité les plus riches au monde. Avec la crise sanitaire, beaucoup de Français se détournent de ces offres, leur préférant leur voiture personnelle. Si cette tendance perdure, les politiques en faveur des mobilités durables initiées depuis plusieurs années seront mises à mal. Les Autorités Organisatrices des Mobilités (AOM) et les opérateurs publics et privés doivent donc agir dès maintenant pour favoriser l’usage de ces nouvelles formes de mobilité en complément des offres de transports publics traditionnelles, notamment grâce au développement des plateformes de MaaS (Mobility As A Service). 

Continuer à promouvoir une politique en faveur du vélo

Si le vélo occupe une place de plus en plus importante dans les grandes métropoles françaises, il est nécessaire de poursuivre les efforts en multipliant les mesures d'incitation. Tout d'abord, la sécurité doit être assurée pour tous les cyclistes via la garantie par les villes d'une continuité des pistes cyclables. Celles-ci doivent être signalées par un marquage au sol visible par les automobilistes comme par les piétons. A Bordeaux ou Paris notamment, la crise sanitaire a accéléré la création de pistes cyclables supplémentaires. La Ministre de la transition écologique et solidaire a quant à elle appelé à pérenniser ces pistes cyclables temporaires et affirme s’engager à accompagner les collectivités faisant une demande d’aide aux “mobilités actives”. Pour favoriser l'adoption définitive de ce mode de transport, des parkings à vélos doivent être présents en nombre suffisant dans les centres villes, gares et parking relais pour les cyclistes possédant leur propre vélo. Pour les cyclistes occasionnels qui préfèrent l'utilisation de vélos en libre-service, il est nécessaire de sécuriser le nombre de vélos en état de marche avec une information mise à jour en temps réel sur les applications. Par ailleurs, les politiques en faveur de l'utilisation du vélo gagneraient à être plus visibles, en particulier pour faire connaître les offres de vélos en location longue durée, moins médiatisées que les vélos en libre-service, et qui peuvent offrir un bon compromis entre le vélo personnel et le vélo en libre-service. Véligo, le vélo électrique en location longue durée proposé par Ile-de-France Mobilités, a dépassé la barre des 10 000 utilisateurs au début du déconfinement. Son offre va être augmentée de 5 000 vélos supplémentaires d’ici la fin de l’année pour faire face à la demande. 

Communiquer sur le nouveau forfait mobilité durable

Le "forfait mobilité durable" est entré en vigueur par anticipation le 11 mai 2020 au lieu du mois de juillet comme initialement prévu. Ce forfait est l’une des innovations de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) du 24 décembre 2019. Ce forfait remplace l'indemnité kilométrique vélo mise en place en 2016. Les employeurs peuvent désormais rembourser à leurs salariés un montant maximal de 400 euros par an pour encourager les déplacements domicile-travail via des moyens de locomotion plus respectueux de l'environnement. Ce nouveau forfait inclut l’utilisation d’un vélo personnel, du covoiturage ou de services de mobilité partagée tels que la location en libre-service de scooters, vélos électriques et trottinettes. Il apparaît donc comme une opportunité pour accélérer la transition vers des formes de mobilité plus durables, mais il reste pour le moment facultatif pour les entreprises et doit faire l'objet d'un accompagnement d’un point de vue organisationnel et technologique. Les plateformes de Maas peuvent devenir un outil anti-fraude au service des entreprises en proposant la certification des déplacements de leurs employés. 

Se recentrer sur l’expérience utilisateur grâce aux plateformes de Maas

Les plateformes numériques de MaaS peuvent devenir le moteur d’un changement de comportement des voyageurs en proposant des offres personnalisées et adaptées au profil de chacun. Pour être adoptées, elles doivent offrir une qualité de service élevée avec une information voyageur fiable et intégrant tous les modes de transport disponibles. En outre, afin de favoriser l'intermodalité, le changement modal doit s'effectuer de manière fluide et rapide. La mesure du niveau d’affluence dans les transports en commun est également un élément important à intégrer, en particulier dans le contexte sanitaire actuel. Ainsi, en cas de trafic élevé sur une ligne de métro, l’application pourrait suggérer directement à l’usager un itinéraire alternatif en cohérence avec son profil voyageur. La possibilité de payer l'intégralité du trajet multimodal en ligne doit venir compléter l'offre : en ne multipliant pas le téléchargement d’applications, cela améliorerait l’expérience utilisateur et encouragerait l'intermodalité. Compte tenu de la diversité des pratiques modales existantes à ce jour, les AOM sont les acteurs les plus à même d'orchestrer la mise en place des solutions MaaS grâce à leur rôle central dans la coordination des différents opérateurs de transports. A Paris, Ile-de-France Mobilités lance avec la RATP une application expérimentale appelée MaaX (Mobility as an Experience) sur 2000 utilisateurs. Cet essai devrait permettre à l’opérateur de mieux définir les besoins des Franciliens en matière de mobilité afin de développer à terme sa propre application.

La crise sanitaire actuelle peut encourager l’adoption de nouveaux comportements grâce à la mise en place par anticipation du "forfait mobilité durable" et le développement de plateformes numériques de MaaS. Les autorités organisatrices, les opérateurs historiques de transports et les acteurs émergents doivent poursuivre leurs efforts afin de créer des synergies et œuvrer ensemble à des pratiques modales durables au bénéfice de tous. Fin mai, 158 start-ups et entreprises dédiées aux nouvelles mobilités ont lancé un appel pour une mobilité déconfinée durable et accessible à tous. Espérons qu’elles soient entendues.

About these authors

Picture of Stéphane Buonanno

Stéphane Buonanno

Directeur en charge des activités mobilités urbaines - CGI Business Consulting

Stéphane Buonanno est directeur des activités conseil pour le secteur transport et mobilités urbaines pour CGI Business Consulting ...

Picture of Laura Raimondi

Laura Raimondi

Consultante pour les secteurs automobile, transports et mobilités chez CGI Business Consulting

Laura Raimondi est consultante pour les secteurs automobile, transports et mobilités chez CGI Business Consulting. Laura a travaillé de nombreuses années pour des constructeurs automobiles et équipementiers en France et à l’international avant de rejoindre le monde du conseil. Laura s’est spécialisée sur ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI