Thao Sananikone, Chief Data Officer de la Banque des Territoires de la Caisse des Dépôts, détaille sa stratégie Data et partage de précieux conseils pour exploiter au mieux le pouvoir de la donnée.

Vous êtes en charge de la stratégie Data au sein de la Banque des Territoires. Comment la donnée sert-elle votre mission ?

La Banque des Territoires est au service de l'intérêt général, puisque son rôle est de lutter contre les fractures et les inégalités territoriales. Evidemment, les données sont au cœur de cette stratégie. Elles doivent nous aider à adresser nos trois enjeux majeurs :

  • Améliorer la prise de décision pour réduire les inégalités sur les territoires. Optimiser nos actions ainsi que les politiques publiques locales ;
  • Améliorer notre efficacité, à la fois vis-à-vis de nos clients grâce à une connaissance fine de leurs enjeux et en interne, en optimisant nos processus. Nous menons par exemple une expérimentation en ce moment sur le process mining, pour réduire les goulots d'étranglement ;   
  • Contribuer à gérer les risques et faciliter les mises en conformité règlementaires.

Nous avons aussi lancé une plateforme digitale, au service des territoires, en exploitant différents gisements de données : internes (issus de nos outils classiques et nos CRM), externes – en compilant les informations de l'Insee, du Siren etc. – et les données des partenaires. Là aussi, les données sont donc indispensables pour alimenter les offres et proposer des services personnalisés, en fonction de la taille de la collectivité, son parcours, son historique de prêts, etc. Par exemple, l'offre "Dataviz cœur de ville" permet aux collectivités de diagnostiquer leur situation et de la visualiser de manière rapide et compréhensible pour contribuer à redynamiser leur centre-ville.

Quels sont selon vous les points clés d'une bonne stratégie Data ? Comment aider les entreprises, publiques et privées, à se transformer ?

Une bonne stratégie doit permettre à une entreprise – quelles que soient sa taille, son activité, son histoire - d'activer les données pour servir ses enjeux stratégiques et atteindre ses objectifs. On peut dégager cinq étapes :

  1. Cartographier les enjeux. Il faut impérativement partir de ses objectifs business, identifier parmi eux ceux qui sont prioritaires, puis les traduire en cas d'usage.
  2. Créer une culture data au sein de l'entreprise. Pour cela, une fois les cas d'usage identifiés, ne pas hésiter à lancer différents POC (Proof of Concept). Si le POC montre sa valeur, parfait : vous avez une opportunité. Sinon, ce n'est pas grave ; il est normal qu'une majorité de POC n'aboutisse pas. Et ce n'est pas pour autant du temps perdu, au contraire : c'est le temps de la transformation. Les équipes IT montent en compétences, les experts métiers s'acculturent à la Data, les forces vives de l'entreprise se mettent en ordre de marche... Il y a toujours des enseignements à tirer.
  3. Identifier un sponsor de haut niveau, qui pourra engager et embarquer les équipes. La gouvernance des données va finalement se construire avec les cas d'usage. Seul impératif : arriver à créer une gouvernance agile, pour pouvoir mener des itérations courtes et trancher rapidement. Quatre mois, c'est largement suffisant pour valider ou non un projet.
  4. Réussir le passage à l'échelle des cas d'usage. On estime que seul un POC sur cinq monte en production. Ça ne veut pas forcément dire que le projet lui-même est invalide, mais peut-être qu'il y avait en fait un manque de maturité analytique, managériale, commerciale au sein de l'entreprise.
  5. Corollaire des points précédents : ne pas séparer l'IT des autres départements de l'entreprise. Réussir sa transformation numérique nécessite que l'ensemble des compétences monte en maturité, la donnée ne doit pas être réservée aux seuls Data Scientists. Cela passe par une mobilisation de toutes les expertises métiers, dès le début d'un projet portant sur la donnée : une équipe pluridisciplinaire, regroupant des Data Analysts et des experts métiers, permettra de rendre l'objectif business concret, activable, grâce aux échanges et au croisement des besoins.

Quel est selon vous le niveau de maturité "Data" des entreprises publiques ?

Très variable. L'ouverture des données publiques est devenue en octobre dernier une obligation pour toutes les collectivités locales de plus de 3 500 habitants : de cette contrainte peuvent naître des opportunités. Nous menons donc un travail d'évangélisation, pour leur expliquer comment la Data peut servir dans l'aménagement de la ville, l'optimisation des budgets, l'amélioration de l'efficacité des services, la réduction de la facture énergétique, une meilleure satisfaction des citoyens… Tous les services, tous les champs d'intervention peuvent bénéficier de la donnée. Les cas d'usage sont tellement vastes qu'il faut partir de ses propres besoins, et rester ciblé sur des projets concrets, activables.

Nous proposons et animons donc des ateliers pour accompagner les collectivités : quels sont vos besoins ? Comment voulez-vous les adresser ? Quelle est votre vision ? Puis on essaie de remonter le flux, et d'identifier les données qui pourront les servir.

D'où aussi l'intérêt de la Dataviz pour s'approprier la Data. Quand la donnée est visualisée, cartographiée, elle devient plus compréhensible, ce qui permet à tous de s'en emparer.

La Banque des Territoires lance de très nombreux projets. Comment attirer les talents pour les mener à bien ?

C'est bien sûr une problématique majeure, car les métiers de la donnée sont en forte tension. Heureusement, nous avons de nombreux arguments à faire valoir. D'une part, nous proposons des thématiques et des clients diversifiés : des collectivités locales, mais aussi des entreprises publiques, des organismes de logement social, la gestion des fonds de retraite et des comptes personnels de formation, etc. D'autre part, le scope des projets est aussi très riche, et un spécialiste de la donnée pourra chez nous travailler sur des projets qui vont de la Dataviz jusqu'au Machine Learning. Nous avons donc une politique de formation très favorable, ainsi que de nombreuses possibilités d'évolution, en interne et à travers nos filiales. Autre élément de motivation, très important : ce que nous faisons a du sens. La Banque des Territoires est au service de l'intérêt général, et toutes nos actions contribuent à améliorer, très concrètement, le service aux citoyens, dans tous les territoires. Cette dimension positive et ce sens du bien commun attirent de nombreux talents, notamment parmi les jeunes générations.

 

A propos de l'expert

Picture of Thao Sananikone

Thao Sananikone

Chief Data Officer de la Banque des Territoires de la Caisse des Dépôts

Thao Sananikone est Chief Data Officer de la Banque des Territoires de la Caisse des Dépôts.

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI