Loin de constituer un boulet pour les DSI, les données archivées offrent de vraies perspectives pour valoriser le SI et proposer des services innovants. Mais encore s’agit-il de garantir et sécuriser leur accès.

88 % des entreprises ne possèdent pas d’approche cohérente de l’archivage. La statistique issue d’une étude du cabinet IDC de juin 2015 illustre l’énorme défi que représente ce « marécage du système d’information ». D’autant que la notion d’archivage prend aujourd’hui une nouvelle dimension. L’augmentation de la production d’information et l’émergence de la preuve numérique nécessitent de conserver « comme des archives » les données produites au jour le jour. On s’approche ainsi de la notion anglo-saxonne de « record ».

Archives des données

Or ces « records » représentent de réelles opportunités pour les entreprises. En effet, sans exploiter la richesse des données historiques, il est presque impossible de créer de nouveaux services.

Le règne du prédictif rendu possible par l’archive

Big Data, machine learning, marketing prédictif… l’exploitation des données historiques favorise non seulement la création de nouveaux services mais aussi la fidélisation des clients. C’est ainsi qu’un leader du secteur des télécoms est parvenu à garder 75 % des « churners », soit les clients sur le point de résilier leur offre. En exploitant l’historique de ces clients, leurs anciens comportements croisés avec leurs interactions récentes, l’opérateur est en mesure d’anticiper les résiliations.

Dans le même esprit, Amadeus, fournisseur de solutions technologiques dédiées aux acteurs du tourisme, analyse l’ensemble des réservations pour en dégager des tendances quant aux nouvelles routes commerciales à exploiter. Le groupe conseille ainsi ses clients de manière plus précise. Une stratégie qui n’est donc possible que grâce à une bonne gestion de l’archivage des données.

Rendre les archives accessibles, l’énorme défi des DSI

Au-delà de l’innovation, l’exploitation des données historiques demeure une obligation pour les DSI que cela soit du point de vue légal ou opérationnel. L’accès à l’information (même ancienne) doit être garanti par les entreprises aussi bien en externe qu’en interne : les clients doivent pouvoir accéder à leurs factures, quelle qu’en soit la date, sur leur espace personnel et les services financiers veulent un accès rapide aux bilans comptables passés par exemple.

Or, plus de la moitié (52 %) des collaborateurs des départements juridiques et réglementaires interrogés par IDC se déclarent insatisfaits de l’accès aux données archivées. Le défi est donc immense pour les DSI : ouvrir les archives à l’ensemble des intéressés, tout en assurant un haut niveau de sécurité. Pour y parvenir les démarches d’archivage de données ne peuvent s’envisager qu’avec des moteurs d’analyse sémantique. Ces derniers permettent de relier les diverses sources d’information pour corréler les données ; soit établir un pont entre passé et présent. Mais cette ouverture des archives ne doit se faire qu’avec une préoccupation permanente pour l’expérience utilisateur devenue indispensable avec l’arrivée des nouvelles générations.

A propos de l'expert

Picture of Julien Fontaine

Julien Fontaine

Directeur du Centre d'excellence ECM

Mes points de vue : Applications abandonnées : pourquoi est-il essentiel de garder les données ? A propos de Julien Fontaine Julien FONTAINE est ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI