Primary tabs

Au cœur de nos sociétés, les déplacements constituent un élément structurant de nos territoires. Les transports peuvent-ils dès lors jouer un rôle dans la crise que nous traversons ? Et en particulier, leur aspect le plus innovant, la Mobility-as-a-Service (MaaS), cet ensemble de mobilités (transports publics, micro mobilités, mobilités partagées) structurées en une offre de services accessibles via des plateformes digitales ?

Construire la résilience : se concentrer sur les impacts plutôt que sur les causes

La résilience se définit comme la capacité d’une organisation, d’une société, ou encore d’un individu à mieux gérer les impacts d’une crise lorsqu’elle survient plutôt que de classiquement essayer d’empêcher qu’elle se produise. Lorsque l’on voit à quel point l’application du protocole de Kyoto visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre s’avère difficile et lente (en raison de ses coûts économiques et sociaux), on comprend tout l’intérêt de la démarche s’attaquant à l’atténuation des conséquences plutôt qu’à leur source. On peut aussi illustrer ce principe de résilience en prenant l’exemple de la lutte contre les inondations aux Pays-Bas. Au lieu de construire toujours davantage de digues, la stratégie de résilience consistera à laisser certaines zones s’inonder, sédimenter et ainsi constituer des barrières naturelles.

La résilience se fonde sur trois facteurs clés. Le premier est la diversité qui diluera les impacts. Le deuxième est l’auto-organisation d’un système où les composants en bon état participeront à la réparation des parties défaillantes. Enfin, le dernier principe est l’apprentissage par retour d’expérience. C’est ce dernier qui justifie que l’on assiste à moins de scènes de panique au Japon que dans d’autres pays comme l’Italie ou le Mali quand des épisodes sismiques se produisent. 

Le MaaS, une véritable boussole dans la crise sanitaire

Pour limiter la propagation du virus dans les transports, on pense à favoriser l’étalement dans le temps (en jouant sur les horaires, l’adoption du télétravail…) et dans l’espace.  Le MaaS s’avère particulièrement utile dans l’étalement spatial. En effet, il diversifie les modes de transport en intégrant le covoiturage, les micro mobilités (partagées ou individuelles), la marche, les taxis et VTC dans l’offre globale de transport. C’est cette diversité qui permet de s’adapter à un changement de contexte. Les nouvelles mobilités viennent en complément des transports publics classiques, en apportant l’agilité et la réactivité que ne permettent pas les lourdes infrastructures du mode ferroviaire par exemple.

Le MaaS supporte aussi l’auto organisation puisqu’en diversifiant les modes, il réduit la saturation des transports publics, les rendant alors plus sûrs. La performance des différents modes est étroitement liée. L’apparition de pistes cyclables provisoires a considérablement augmenté le recours au vélo, réduisant ainsi le nombre d’usagers ailleurs et aidant au respect de la distanciation sociale.

Le MaaS permet enfin l’apprentissage grâce aux données qu’il centralise (informations trafic, accès, offre, fréquentation, etc.). Les territoires vont pouvoir mieux connaître les usages, adapter l’offre, contextualiser les politiques tarifaires, réorienter les usagers vers d’autres types de mobilités.  

Les plateformes MaaS optimisent, orientent l’usage des différents modes en répartissant les usagers de manière optimale, amplifiant ainsi la résilience.

Au-delà de la crise sanitaire, le MaaS un levier d’action contre la crise climatique

Le MaaS contribue à la résilience de nos territoires par ses capacités à diversifier, auto-organiser et apprendre. Ceci est valable dans la crise sanitaire que nous vivons actuellement mais aussi dans d’autres types de crises à venir. Les plateformes digitales, en organisant les différents modes de transport et en incitant à des comportements plus vertueux, contribuent à réduire le nombre global de véhicules individuels, la congestion et pollution associées. Le MaaS se révèle donc un outil puissant pour affronter (aussi) la crise environnementale qui se dessine.

Tout ceci renforce l’urgence à mettre en place une offre de mobilités intégrant les modes de transports publics que nous connaissons aujourd’hui et des systèmes plus légers et agiles.

A propos de l'expert

Stéphane Buonanno

Stéphane Buonanno

Directeur en charge des activités mobilités urbaines - CGI Business Consulting

Stéphane Buonanno est directeur des activités conseil pour le secteur transport et mobilités urbaines pour CGI Business Consulting ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI