Innover au service de la mobilité urbaine et du citoyen, voilà quelle est l’ambition de CGI, matérialisée à travers son offre Urban Mobility. Cet ensemble de solutions digitales aide d'une part les collectivités à proposer des déplacements plus efficaces et permet d'autre part d'intégrer les possibilités de stationnement à l’information trafic, pour le plus grand bénéfice des applications de voyageurs, mais aussi des livreurs, entreprises et loueurs de véhicules. Précisions de Cyril Hersch, Directeur chez CGI et responsable de la solution APILA.

CGI a lancé cette année, au sein de ses nouvelles "Business Solutions", une offre dédiée à la mobilité. Pour quelle raison ?

Notre offre de mobilité part d'un constat : la majorité des déplacements urbains s'effectuent encore en voiture. Certaines collectivités ont décidé de multiplier les services de transport en commun, les offres alternatives, les autres moyens de déplacements, etc.

Mais la voiture reste malgré tout le moyen de déplacement majoritaire. Même dans une ville comme Strasbourg, très volontaire et très en pointe sur ces questions, plus de 50% des déplacements s'effectuent en voiture. Tout simplement parce qu'un certain nombre de personnes ne peuvent faire autrement : un père de famille qui doit naviguer entre son domicile, son travail et l'école de ses enfants ; un livreur qui effectue sa tournée ; un réparateur qui doit se rendre dans 10 endroits différents au cours de la même journée.

On essaye donc de convaincre les collectivités locales qu'au lieu de tenter, en vain, de complètement sortir la voiture de la mobilité urbaine, il est plus pertinent de chercher comment mieux l'intégrer. Ce qui signifie ne pas interdire les voitures individuelles, mais mieux accompagner les automobilistes pour orienter leurs décisions de déplacement.

Et nous le faisons en intégrant les informations de stationnement, une composante aujourd'hui primordiale dans les flux de mobilité mais dont l'impact – très important – peut être drastiquement réduit.

 

Un discours un peu à contre-courant…

On a en effet parfois eu du mal à se faire entendre, mais on ressent aujourd'hui une écoute. La crainte de faciliter l’accès au centre-ville a longtemps contraint les collectivités à la répression, mais elles s'orientent aujourd’hui vers une information exhaustive pour agir sur les choix modaux.

Face à cette réalité - certains trajets ne peuvent s'effectuer qu'en voiture - nous proposons justement d'accompagner les automobilistes, de les aider à se garer plus facilement et plus rapidement. Ce qui permet d'éviter le surplus de circulation, de pollution et de nuisances diverses engendrées par les personnes qui cherchent à se garer.

En quoi consiste cette offre Urban Mobility ?

Urban Mobility recueille et agrège un très grand nombre de données : les traces GSM, bien sûr anonymisées et sécurisés ; les données GPS des véhicules ; les informations des horodateurs et bornes de stationnement ; celles remontées par les parkings… Puis on croise le tout avec les données de l'INSEE et contextuelles (bars, restaurants, salles de spectacles) pour cartographier précisément une ville, ses quartiers et ses déplacements, et y injecter IA et calculs prédictifs. L'idée sous-jacente, c'est d'introduire un paramètre oublié - l'information de stationnement – dans l'information trafic. Aujourd'hui, cette info trafic est complète, précise, exhaustive… Mais on ne sait toujours pas où se garer en arrivant à destination. Alors que dans certaines agglomérations, le temps passé à tourner pour chercher une place peut être supérieur au temps de trajet !

Urban Mobility comble ce manque, via deux solutions complémentaires.

La première est Parkview, notre "observatoire du stationnement". Cette plateforme statistique fournit aux collectivités des indicateurs précis sur les flux urbains et les flux de stationnement. Parkview utilise les données citées plus haut et les données des véhicules à lecture automatique des plaques d'immatriculation, mise en place par certaines municipalités, pour calculer le taux d'occupation des places, le nombre de résidents parmi les véhicules stationnés, etc. Cela offre aux villes une vision globale du stationnement, sous forme cartographique ou via une interface décisionnelle. Elle leur permet d'affiner leurs politiques avec des décisions adaptées, éclairées, par exemple pour limiter les reports de stationnement d'une zone payante vers une zone gratuite ou optimiser sa politique tarifaire. La seconde solution est Apila, une application de guidage et d’information stationnement. Si vous devez vous rendre d'un point A à un point B, Apila peut non seulement indiquer le chemin idéal pour s'y rendre mais surtout calculer, instantanément et avec une grande fiabilité, la probabilité de trouver des places vacantes pour se garer à destination. Et ce, en tenant compte des paramètres que vous aurez choisis : parking gardé pour plus de sécurité, place livraison pour décharger sa cargaison, accès facilité pour les personnes à mobilité réduite, possibilité de recharger un véhicule électrique, etc. Vous savez donc où aller, combien ça va coûter, combien de temps vous pourrez rester… et n'avez plus qu'à vous laisser guider.

A qui s'adresse cette offre ?

Urban Mobility bénéficie à deux publics distincts. D'une part, les collectivités territoriales, pour les aider à optimiser leur politique de déplacement et de stationnement. Et d'autre part les opérateurs privés - constructeurs automobiles, fabricants de GPS, applis de mobilité, gestionnaires de flottes d'entreprise, loueurs de voitures…

Les collectivités apprécient cette possibilité d'obtenir une information complète, exhaustive, qui leur apporte une vision "macro", sur un territoire très étendu (qui va jusqu'à l'ensemble d’une agglomération) ainsi qu'une vision très précise, microscopique (rue par rue, parking par parking). En analysant les circuits de déplacements habituels - d'où viennent les gens, où se rendent-ils, combien de temps stationnent-ils – on peut aider les villes à optimiser ces déplacements, adapter l'offre de transports en commun ou les aménagements de la ville. Par exemple ajouter une ligne de bus sur une zone non-desservie, augmenter la fréquence d'un tramway à telle heure, autoriser ou au contraire interdire le stationnement dans une zone précise, désengorger les abords d'une zone commerciale, etc.

Prenons une ville qui souhaite favoriser l'utilisation de parkings souterrains et limiter les stationnements dans les rues. La solution : des réductions de prix pour les personnes qui utilisent les parkings et des pénalités pour celles qui se garent sur la voirie, ou encore des primes pour ceux qui se rendent dans l'agglomération en transport en commun plutôt qu'en voiture. Il est important de noter que plusieurs études, dont une conduite par la Caisse des Dépôts, a démontré un retour sur investissement de plusieurs millions de ces solutions.

Quant aux opérateurs privés, quels bénéfices ?

Nous leur offrons une information primordiale, auparavant inaccessible, et qui conditionne réellement les déplacements. Imaginez que vous habitez en banlieue d'une grande agglomération. Vous avez l'habitude de prendre votre voiture pour vous rendre au travail, ce qui vous prend 40 minutes en moyenne. Notre solution vous donne une nouvelle information : votre trajet durera bien 40 minutes mais attention, vous passerez encore 15 minutes à trouver une place de stationnement, dont le coût sera de 13 euros…

Alors qu'en transport, vous mettrez 45 minutes, pas une de plus. Et cela vous coûtera moins cher. A partir du moment où vous partagez ces informations, les comportements peuvent changer, et les habitants recourir davantage aux transports en commun.

Un livreur ou un réparateur tireront un autre bénéfice d'Urban Mobility. Supposons qu'ils doivent se rendre à dix adresses dans la journée ; leur appli GPS va leur proposer un trajet, censé être le plus adapté. Mais en intégrant aussi les informations de stationnement, on peut s'apercevoir qu'il est plus pertinent de changer l'ordre des livraisons, pour toujours arriver là où la possibilité de se garer est la plus élevée au meilleur moment de la journée.

Pour une entreprise privée, c'est vraiment intéressant, et permet de réduire leurs dépenses liées aux frais de stationnement, voire d'amendes et d'enlèvement, de réduire le temps perdu à tourner pour trouver une place… Sans compter la frustration des conducteurs, l'insatisfaction des clients à cause des retards, etc. Notre offre répond donc parfaitement à une des problématiques clés de la mobilité urbaine : l'enjeu du dernier kilomètre.

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI