« La digitalisation de l’information est une tendance déjà lancée à ce jour dans les collectivités mais elle n’est pas déployée partout. Sans un réseau haut débit sur l’ensemble du territoire, il y a un vrai risque d’aggraver ce que l’on appelle aujourd’hui la fracture numérique. »

Le numérique est-il présent dans le secteur public ?

L’administration utilise quotidiennement le numérique. Mais la réforme territoriale va permettre d’accélérer le déploiement numérique surtout au niveau local et de faciliter les procédures de l’administration. Mutualisation, échanges, transparence. Envers les citoyens tout d’abord et en priorité, mais aussi envers les entreprises et les associations. La condition pour que cette transformation ait lieu passe par le développement du réseau haut débit. Les secteurs touchés sont aussi divers que variés : santé, transport, ou l’éducation avec par exemple les équipements numériques pour les collèges et lycées. Sans un réseau haut débit sur l’ensemble du territoire, il y a un vrai risque d’aggraver ce que l’on appelle aujourd’hui la fracture numérique.

Quels vont être les principaux apports et les conséquences de cette digitalisation du service public ?

Des choses ont déjà commencé. Par exemple les demandes d’acte de naissance sur internet, proposés aujourd’hui dans plus de 50 % des villes. Mais il y a aussi des services plus innovants : les « cartes ville » qui combinent l’accès à la piscine, aux musées, à la bibliothèque, aux transports scolaires et tout indique qu’ils vont se généraliser. Il existe entre 150 et 200 services dans une collectivité ce qui ouvre beaucoup de perspectives d’innovations numériques. Au-delà de ça, les collectivités ont une formidable carte à jouer avec le numérique pour renforcer l’attractivité de leur territoire. Plus le service sera efficace, plus les relations avec les administrations seront simples, fluides et rapides, plus la qualité de vie des administrés et des entreprises s’en trouvera améliorée et plus le territoire sera attractif.

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI