Primary tabs

Les entreprises font le choix du cloud afin de bénéficier de plus de flexibilité et d’efficacité dans la livraison d’applications à leurs clients. Qu’il s’agisse de moderniser le patrimoine applicatif existant ou de lancer un nouveau produit, la ruée vers le cloud n’a jamais été aussi concrète et assumée. MarketsandMarkets prévoit d’ailleurs que le marché mondial des services de modernisation applicative croisse de près de 17% chaque année d’ici 2025.

Avec des centaines d'applications à moderniser, il est pourtant difficile de savoir comment s’y prendre et quelle stratégie adopter. Les organisations doivent d'abord évaluer leur portefeuille pour déterminer les applications sur lesquelles se concentrer, puis développer une approche de transformation et de modernisation adaptée et efficace.

Adapter la stratégie en fonction des applications

Il existe une stratégie globale de migration vers le cloud que l’on peut associer à la règle des « 6R » – Retain, Replace, Rehost, Replatform, Refactor, Repurchase. Cette approche nécessite d’avoir réalisé au préalable une analyse approfondie du patrimoine applicatif afin d’en tirer des éléments de catégorisation. Elle décrit également en détails les différents chemins de migration qu’une organisation peut utiliser pour réaliser la transformation de son parc applicatif vers le cloud. Chacun possède ses avantages et ses inconvénients et permet d’obtenir des gains différents selon le niveau de maturité qu’il apporte. Du simple « lift and shift » à la réécriture quasi complète d’une application en passant par le découpage d’applications traditionnelles monolithiques en microservices (ensemble de services faiblement couplés), il est ainsi possible d’adapter la stratégie en fonction de la nature de(s) application(s) transformée(s). Il est également possible de conserver l’application en l’état voire de l’abandonner si l’analyse préliminaire indique que la valeur métier n’est plus évidente. 

En 2019, nous avons par exemple accompagné une fintech du secteur de l’immobilier qui souhaitait se transformer suite à de multiples acquisitions et une dette technique importante. En se basant sur un partenariat solide avec un éditeur phare du marché, CGI a mis en œuvre son « usine de transformation cloud Native » afin d’offrir une solution bout en bout pour une transformation et une modernisation applicative à grande échelle. Il a été ainsi possible de transformer plus de 400 applications depuis 13 centres de données distincts vers deux plateformes de cloud public différentes tout en étant capable de fournir des éléments de ROI tout au long de la durée du projet.

Un outillage adapté pour accélérer la transformation

Si un projet de transformation applicative d’envergure ne doit pas être considéré sous l’angle technique uniquement, il est néanmoins essentiel de se doter d’outils performants, maitrisés et adaptés au contexte afin d’accélérer les différentes étapes de la migration et réussir à obtenir des gains supplémentaires, pas nécessairement identifiés lors des phases amont. Cela s’avère particulièrement vrai pour la phase d’évaluation du portefeuille applicatif existant, déterminante pour établir une stratégie de transformation. C’est en effet à ce stade que nous devons avoir une vision claire et exhaustive de la répartition des applications au travers des différents chemins de migration (6R). On peut résumer cela à un processus en entonnoir comprenant les aspects métiers, techniques, business amenant à une priorisation et un séquencement dans le temps.  

En 2010, nous avons décidé de construire notre propre outil de cartographie, MAP,  afin de nous doter de moyens supplémentaires pour sécuriser la migration du code « Legacy », anticiper et maitriser les impacts de nos transformations, et optimiser la réduction des coûts associés. Dans la majorité de nos projets de transformation, nous nous appuyons désormais sur cette solution afin de construire une cartographie complète et multidimensionnelle d’un parc applicatif, accélérer la compréhension d’un système IT complexe et hétérogène et enfin disposer d’une solution de pilotage de nos projets de migration, de la phase d’analyse de l’existant jusqu’à l’exécution des différents scénarios.

Mesurer pour mieux s’adapter

Une stratégie de transformation cloud doit être considérée comme une feuille de route évolutive, avec la possibilité d'apporter des changements et de s'adapter à tout imprévu sans compromettre l’intégralité du résultat attendu. Au fil des projets, nous pouvons affirmer que cette capacité d’adaptation au changement, si elle est maitrisée, peut potentiellement accélérer la transformation vers le cloud et même permettre des résultats meilleurs que prévus initialement. Par exemple, tirer parti des technologies modernes émergentes allié à une efficacité opérationnelle accrue peut générer un meilleur ROI et un TCO réduit.

Lors de la définition d’une stratégie de transformation, il est primordial d’identifier les objectifs, l’état final souhaité, et de garantir que l’environnement cible est conçu pour recevoir ces applications, qu’elles aient été simplement déplacées ou transformées plus en profondeur. De plus, nous pensons qu’une transformation vers le cloud ne s’achève que partiellement, et se prolonge dans le temps en fonction de l’apparition de nouvelles améliorations technologiques. Il est ainsi essentiel d’intégrer dans la stratégie de transformation des outils et des processus de mesure de l’avancement et du niveau de modernisation pour être capable sur la base d’une approche d’amélioration continue de faire évoluer les moyens mis en œuvre voire la cible pour atteindre les objectifs métiers et business annoncés.

A propos de l'expert

Vincent Barthez

Vincent Barthez

Directeur en charge des offres Devops et Cloud Native au sein du Centre d’Innovation digitale – CGI

Vincent Barthez est directeur en charge des offres Devops et Cloud Native au sein du Centre d’Innovation digitale chez CGI.

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI