Quels facteurs expliquent le succès d’un produit ou d’un service, adopté massivement par les consommateurs et ainsi devenu innovation ? Tout d’abord, le nouveau produit (ou service) doit répondre à un besoin réel du consommateur. Ensuite, il doit nécessairement lui faciliter la vie, résoudre un problème, lui faire gagner du temps ou de l’argent, voire assouvir ses désirs. Il est donc indispensable de comprendre et connaître ses attentes et de construire les nouveaux services et produits pour lui et avec lui.

La très récente étude « Nouveaux services et nouveaux modèles numériques dans la banque » réalisée par Next Content pour CGI [1] et SAB va dans ce sens. Au-delà des chiffres d’intérêt pour des nouveaux services numériques de paiement (CB sécurisée par empreinte digitale – 61%, paiement sans contact mobile – 59%, CB multi devises – 58%, …) c’est bien la simplification, la diminution des frais et la sécurisation qui sont mises en avant par les clients pour l’adoption de nouveaux services de paiement.

D’autres facteurs entrent évidemment en jeu pour expliquer le fait qu’ils deviennent une innovation, parmi lesquels on peut citer l’adéquation avec l’époque et le territoire, les réglementations, la disponibilité des technologies et la nécessité (ou pas) de disposer d’une infrastructure.

Les sept services de paiement ci-dessous répondent à cette définition :

  1. Le paiement par carte bancaire sans contact. Ce n’est certes pas une innovation de rupture car elle ne change pas fondamentalement la manière des consommateurs de payer en magasin. Mais elle facilite l’action de payer et permet un réel gain de temps, tout en étant un moyen de paiement universel. En France, nous sommes passés de 1,2 million de transactions sans contact en 2012 à 2 milliards en 2018 ! [2] Malgré une couverture médiatique pessimiste au lancement du produit concernant la sécurité du système, le paiement par carte sans contact s’est imposé auprès des consommateurs. Après une période de méfiance par rapport à l’absence de code, le consommateur est désormais déçu lorsque le terminal de paiement ne permet pas le paiement sans contact.
  2. Le ticket de transport dématérialisé. A Londres, le touriste, le voyageur d’affaires et le visiteur occasionnel n’ont plus besoin de faire la queue à un guichet ou un automate pour acheter un ticket. Ils posent leur carte de paiement sur le valideur à l’entrée de la station de métro ou de la gare puis de nouveau à la sortie et c’est tout. La carte bancaire sans contact est non seulement un moyen de paiement mais elle devient aussi un titre de transport. Une simplification très appréciée puisque 50% des trajets occasionnels (17 millions de trajets par semaine hors abonnement) à Londres sont désormais effectués ainsi [3].
  3. Les cartes de télépéage sur les autoroutes permettent de gagner du temps, voire beaucoup de temps les jours de grands départs en vacances, au péage des autoroutes. Ce n’est plus le consommateur qui paye mais la voiture préfigurant potentiellement le péage par des objets de notre quotidien.
  4. Le paiement mobile par QR code. Il faut se tourner vers la Chine pour trouver cette autre innovation majeure, adoptée par toutes les générations de Chinois et dont les noms les plus connus sont WeChat Pay (600 millions d’utilisateurs en 2017) et AliPay (450 millions) [4]. Tous les mobiles peuvent l’utiliser. Le paiement nécessite plus de manipulations, parfaitement acceptées par les consommateurs chinois pour les avantages qu’elles leur procurent.
  5. La solution de paiement et transfert d’argent par mobile M-Pesa. Née en Afrique, c’est une innovation de rupture majeure en matière de paiement. Elle a permis un développement économique sans précédent dans des régions faiblement bancarisées.
  6. Le paiement en 1-click d’Amazon
  7. Paypal.

Ces deux dernières méthodes de paiement bien connues ont trouvé leur marché en termes de simplicité d’usage et de gain de temps et sont largement utilisées.

Parmi les candidats au titre d’innovation, le paiement sans contact par mobile progresse mais plus lentement. Evolution logique de la carte, il n’a été disponible sur une grande majorité des mobiles (Android, iOS) que beaucoup plus tardivement. Il a également été longtemps plus complexe à mettre en place pour le consommateur. Ceci dit, derrière la solution Apple Pay et les différentes versions de portefeuilles sur mobiles Android disponibles, les paiements par mobile en magasin s’affranchissent des limites imposées par la carte bancaire et commencent à trouver leur rythme de croisière.

Pour bien d’autres produits annoncés récemment comme les paiements en bitcoin et les crypto-monnaies (dont on voit bien dans l’étude NextContent pour CGI et SAB qu’elles ne sont connues que de 40% des Français connectés), les monnaies locales, l’instant paiement, le paiement multi-canal, les magasins sans caisse, le paiement sécurisé par reconnaissance faciale, le paiement intégré aux wearables, écrans et autres objets connectés et bien d’autres, il faudra attendre les utilisations réelles pour savoir si nous avons affaire à des innovations plébiscitées par les consommateurs ou de simples solutions de paiement de niche.

A suivre … dans un voire cinq ans.

A propos de l'expert

Picture of Pierre Metivier

Pierre Metivier

Conférencier, auteur, animateur, formateur et expert de l'innovation autour des services (mobiles) sans contact / NFC et de l'internet des objets.

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI