Primary tabs

La crise sanitaire du Covid-19 a mis en lumière les difficultés d’obtenir au départ des données robustes sur l’état de la pandémie, ainsi que sur l’inventaire des stocks de fournitures médicales, empêchant les décideurs publics de prendre des décisions réellement adaptées au contexte local. Il est à cet égard, essentiel de créer un cadre fiable, transparent et sécurisé de communication entre institutions, personnels et citoyens.

Les données doivent irriguer le réseau d’acteurs pour :

  • Mettre à disposition des citoyens/salariés des informations fiables afin qu’ils soient moteurs dans l’identification de la maladie (pédagogie des symptômes et étapes de la maladie) et mieux préparés et accompagnés dans la crise (transmission d’éléments de réassurance) via des applications mobiles.
     
  • Mettre en place des plateformes de télémédecine étendues et stables : on l’a vu, la crise du Covid-19 a donné du poids à l’idée, avancée depuis plusieurs années, de transformation numérique en profondeur des systèmes de santé. Il est primordial d’investir dans des solutions d’interopérabilité pour un échange transparent et sécurisé des dossiers médicaux et d’entrer dans une logique ambitieuse d’un portail de santé individualisé, commun aux structures et filières de santé, permettant la planification des visites médicales, regroupant les antécédents du patient, pouvant produire des rappels de rendez-vous ou de traitement à renouveler, etc.
     
  • Déployer des outils de cloud computing pour centraliser et simplifier l’utilisation et le partage de services informatiques de santé. À titre d’illustration, une base de données commune des établissements de santé, regroupant les cas rares, permettrait un meilleur transfert de connaissances et une réponse qui soit adaptée à l’imprévu. 
     
  • Concevoir des modèles d’études prédictives afin de mieux anticiper les risques et prévoir les mesures idoines.
     
  • Suivre en temps réel la charge d’activité des personnels afin d’identifier rapidement les zones en surcharge et de pouvoir réorienter les patients.
     
  • Améliorer les processus et faciliter la gestion des volumes afin d’optimiser la gestion des fonctions supports : système administratif, centrales d’achats, approvisionnements, gestion des flux performants.
     
  • Réduire la charge administrative et financière des établissements et des professionnels
    de santé et en simplifier le suivi, afin également de diminuer les risques de fraude, d’identifier et
    résorber les niches d’abus et de gaspillage de fournitures médicales.

Exploiter intelligemment la donnée pour modéliser la pandémie

Au Canada, CGI a conçu une solution fondée sur l’intelligence artificielle permettant aux organisations de mieux comprendre les impacts
et les évolutions du Covid-19 et de prendre en conséquence des mesures adaptées. Les finalités de la solution ont été établies comme suit :

• Modélisation de la pandémie à l’aide de l’apprentissage automatique en collaboration : développement de modèles pour soutenir l’analyse épidémiologique ;

• Construction d’une approche méthodologique facilitant le partage rapide et sécurisé des données entre les ministères, les autorités sanitaires et les agences ;

• Soutien à l’endiguement des épidémies, aux interventions et protocoles de traitement.

La data pour répondre aux besoins des patients et des médecins

Cory Fry, Directeur Health & Human Services chez CGI au Canada

« Dans les établissements de santé, tous les prochains grands travaux à mettre en oeuvre sont désormais des projets de
transformation numérique et de digitalisation des services. Beaucoup de ces projets étaient déjà lancés avant la crise : activation du cloud, partage facilité des informations, accès à distance, digitalisation des cliniques… Le Covid-19 a accéléré leur développement et élargi les opportunités qui existaient autour de la data et du numérique, avec l’évolution des offres de service de ces établissements.

Le Covid-19 va changer la façon dont les patients et les hôpitaux interagissent, en évoluant vers des rencontres virtuelles accrues et des parcours patients améliorés grâce au digital. Le besoin de moderniser les prestations de soins à distance a été exprimé notamment dans les régions rurales. Le modèle des soins à domicile que le Covid-19 a imposé correspond aux besoins de ces patients.

Ainsi, CGI accompagne le plus grand projet de réaménagement d’un hôpital de Colombie- Britannique, chantier démarré au milieu de la crise du Covid-19. Nous discutons au plus haut niveau des besoins et de l’architecture SI, dans le nouvel environnement hospitalier. Ce projet est particulièrement intéressant, au moment où s’accentuent les demandes de soins plus virtualisés et où se réduit la demande de services traditionnels « en présentiel ». »

Connecter les logements pour sauver des vies

La crise du Covid-19 l’a confirmé : l’analyse des données de consommation des logements a déjà permis d’identifier les mouvements de
population et ainsi d’anticiper les risques de propagation des maladies. Le développement des logements connectés - caractérisant les
rythmes de sommeil, les données cardiaques, la température corporelle, entre autres - couplés à une utilisation accrue du logement comme cadre de vie mais aussi de travail, permettra de mieux connaître l’état de santé des populations, via une analyse des données sécurisée et respectueuse de la vie privée : détection en amont des risques dans des zones éloignées en infrastructures médicales, meilleure anticipation des risques potentiels par aire géographique afin de prévoir les flux de patients à venir.

Le télétravail a par ailleurs mis en lumière la nécessité de mettre à disposition des citoyens un accès à une connexion sécurisée et performante, sur l’ensemble des territoires. La suppression des zones blanches et une meilleure qualité du réseau seront des accélérateurs puissants de pilotage des politiques publiques et d’essor de la télémédecine.

En termes de pilotage des politiques de santé publique, le logement se révèle un noeud sous évalué. Lieu de vie par excellence, il est aussi - fort heureusement - l’un des plus difficilement contrôlables. Le rôle de la qualité et l’adaptation du logement aux enjeux de santé ont été renforcés par la phase de confinement. Cette question, suivie par Santé Publique France, a des impacts physiques et psychologiques sur le long terme. Plus spécifiquement pendant le confinement, le choix de maintien à domicile a par exemple soulevé des questions sur le suivi et les interactions entre patients (atteints de Covid-19 ou non) et leur voisinage.

Téléchargez la revue thématique santé.

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI