En 2017, la question de la cybersécurité émerge dans les stratégies des décideurs de la distribution, selon notre dernier baromètre annuel. Face à la multiplication des canaux et leur convergence, la maîtrise des cyber-risques devient une priorité pour le secteur.

L’omnicanal accentue les cyber-risques

Le risque posé par les atteintes à la protection des données, les usurpations d’identité et les fraudes représente un danger important tant pour les acteurs du retail que pour leurs clients. À cet égard, 68 % des dirigeants mentionnent parmi leurs priorités, la nécessité de protéger les consommateurs et les données associées, au moyen d’une cybersécurité accrue.

Et ce, particulièrement en France où, pour 77 % des acteurs, la protection contre les cyber-risques représente la première des priorités business. Une préoccupation montante qui s’explique par la convergence accentuée des canaux digitaux et physiques. Signe que la transformation du secteur est bel et bien en marche.

Retail : de plain-pied dans la transformation

En effet, la concurrence des nouveaux entrants tels qu’Amazon Prime et leurs promesses alléchantes comme la livraison en moins de deux heures bousculent les acteurs traditionnels. Les consommateurs veulent du quasi-temps réel et ni le drive, ni l’e-commerce ne peuvent à eux seuls stimuler la croissance.

Par conséquent, les distributeurs et les retailers doivent trouver de nouvelles solutions pour rester compétitifs. En 2017, ils entrent dans une nouvelle phase : les deux tiers affirment avoir dépassé l’étape du proof-of-concept (POC) pour entrer pleinement dans la transformation. Témoin de cette transition : le changement de stratégie d’Auchan. Le groupe a abandonné Quirky, sa plate-forme de financement participatif et de commercialisation consacrée aux inventeurs en tout genre. En lieu et place, Auchan se tourne désormais vers le paiement mobile sans contact, la livraison en 24 heures et autres services destinés à offrir une expérience client omnicanal aussi fluide et performante que celle proposée par les nouveaux entrants. Reste à prendre la mesure des principaux défis du secteur : collaborer au sein des organisations et au-delà des frontières de l’entreprise (pour 62 %), exploiter la puissance de l’analyse des données (pour 72 %) et gérer le poids du système d’information historique (legacy).

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI