« Le business model traditionnel de la banque entre dans une nouvelle ère. » Bruno Delas, COO des réseaux France de la Société Générale, voit l’avenir de l’entreprise sous le prisme de sa transformation digitale. Objectif : conserver le meilleur de l’humain tout en s’appuyant sur les outils digitaux. Explications.  Baromètre CGI 2017- services financiers  

En tant que Chief Operating Officer (COO), Bruno Delas doit préparer la Société Générale et les équipes IT à relever le défi de la transformation digitale. « En 2016, nous avons augmenté de 15 % nos investissements informatiques pour répondre à ces nouveaux enjeux. Ma mission consiste à créer les conditions favorables à une IT proactive. » 

La transformation digitale ou le renouveau du modèle bancaire

« Pour la première fois, le business model des banques est en danger », rappelle Bruno Delas. La concurrence des banques en ligne, des fintechs, voire des GAFA n’est pas étrangère à cette situation. Autre tendance : les clients consomment leurs services bancaires via le Web et le mobile. « Il faut donc réinventer notre modèle, et pas uniquement l’adapter. » Un scénario intermédiaire de transformation où la Société Générale maintient – voire accroît – le niveau d’expertise de ses conseillers et complète ses services par des parcours clients digitaux pour des opérations de gestion de compte. « Nous avons dû opérer une “hybridation” de nos réseaux physiques avec le digital. Côté système d’information, cela se traduit par un mix entre le core banking traditionnel et les solutions digitales. » L’intégration de méthodes agiles dans les processus de développement accélère, par ailleurs, les projets. « Nous sommes ainsi passés de 100 semaines de temps moyen de développement à 50 semaines », se félicite Bruno Delas.

Réussir le pari de la  transformation culturelle de la Société Générale

Mais on ne réussit pas sa transformation sans changer la culture de l’entreprise. Le programme Digital for All, lancé dès 2014 pour équiper l’ensemble des collaborateurs d’outils numériques, s’est vu enrichi de sept modules de formation en ligne (Mooc) sur les nouveaux usages digitaux. « Les entreprises qui réussissent sont celles où, au plus haut niveau, les dirigeants ont compris qu’on ne manage pas de la même façon dans un contexte de transformation digitale », ajoute Bruno Delas. L’ADN de la Société Générale mute et introduit plus de collaboration et d’innovation. Comment y parvien-t-on ? « Il n’existe pas de méthode universelle. On cherche la meilleure voie tous les jours en favorisant la proximité des conseillers sur le terrain avec celle des équipes support en interne. Je suis convaincu qu’ils peuvent inventer la banque de demain. » Une plate-forme d’open innovation sur laquelle tout collaborateur peut déposer une idée a été créée. Depuis son lancement, 350 idées ont été reçues, 20 présentées à un jury et trois sont aujourd’hui en production.

Les start-up au cœur de la transformation digitale de la Société Générale

Au-delà de sa transformation digitale, c’est donc bien sa transformation culturelle que la Société Générale est en passe de réussir. Et c’est, selon Bruno Delas, le plus important. « Si les nouveaux entrants ont gagné la première partie du match en bousculant le modèle  bancaire traditionnel, la seconde mi-temps s’annonce bien plus équilibrée. Devenir une banque généraliste à part entière impose un système de core banking que les start-up ne peuvent pas acquérir sans s’adosser à de grands groupes. Notre savoir-faire métier et la réussite de notre transformation demeurent nos principaux atouts pour inventer et bâtir la banque de demain. »

 

Repères

  • 20 % des développements en mode agile
  • + 15 % de budgets IT entre 2015 et 2016
  • 2 000 personnes dans l’équipe IT
  • Réduction de 50 % du temps moyen de développement

 

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI