Les infrastructures sont associées à la fois aux fondations d’une construction et à une structure cachée. Cette définition marche pour tous les domaines, que l’on parle d’un pays ou d’une ville, mais aussi des infrastructures IT de nos entreprises, parfois dépréciées alors que tout système d’information repose sur leurs épaules.

Dans un contexte de bouleversement des modèles, l’infrastructure doit savoir respirer au rythme des entreprises pour faire du système d’information un atout et non un handicap. Nous exigeons des services disponibles tout le temps, partout et depuis n’importe quel support, existant ou à venir. Les architectures IT ont parfois été construites au fil du temps, par empilements successifs de technologies hétérogènes, un sac de noeuds en d’autres termes. Avec le numérique, le temps des transformations se mesure et s’apprécie en jours. « L’efficacité du changement » : on ne peut décemment pas lancer de nouvelles solutions, sans mettre les infrastructures au coeur du dispositif. Or, toute nouvelle histoire que vous écrirez pour votre entreprise commencera inévitablement par « il était une fois une infrastructure… ».

Jean-Michel Baticle
Jean-Michel Baticle

Jean-Michel Baticle
Président CGI France-Luxembourg-Maroc

Sur quels critères peut-on évaluer sa pertinence, et surtout, son potentiel ? Le premier, c’est « l’intelligence des infrastructures » qui consiste à être sensible aux phénomènes externes, s’y autoadapter et devenir plus robuste, par exemple le e-commerce au moment des soldes. Il convient de trouver un équilibre entre contraintes et coûts en mixant le local et le cloud, définir ce qui peut être externalisé, réduire ses CAPEX et viser le paiement à l’usage. Pensez toujours à l’objectif de la transformation : l’expérience de vos utilisateurs et in fine de vos clients. Le deuxième critère, particulièrement sensible en la matière, est la sécurité. C’est vrai, des infrastructures de plus en plus dispersées, le cloud et l’ultramobilité prêtent le flanc aux cyberattaques… Le troisième est assez naturellement le prix. Quand on sait qu’une même infrastructure peut coûter de 1 à 10 fois le prix selon sa localisation, mieux vaut investir dans l’intelligence de votre infrastructure et économiser sur les services de commodités, aujourd’hui industrialisées, que sont les data center.

Une vue globale est essentielle, celle d’un architecte ensemblier pour garantir de bout en bout des services d’infrastructure adaptés aux besoins de tous les métiers. Comment ? En combinant les meilleures technologies, en choisissant les partenaires adéquats et la bonne imbrication entre applications et infrastructures, et enfin en mettant en oeuvre les projets rapidement. Il existe une infinité de solutions mais une seule est adaptée à votre situation.
Les investissements des grandes entreprises tricolores sur leurs infrastructures informatiques auront le même effet bénéfique que ceux des opérateurs sur les réseaux téléphoniques pour les usagers : se doter des bonnes fondations pour accompagner leur transformation numérique. Un enjeu vital.

A propos de l'expert

Picture of Jean-Michel Baticle

Jean-Michel Baticle

Europe de l'Ouest et du Sud

A propos de Jean-Michel Baticle Jean-Michel Baticle est le président des activités de CGI pour la France, y compris le Luxembourg et le Maroc. Jean-Michel a rejoint notre entreprise en 1989. Il a assumé, pendant 2 ans, les fonctions de vice-président ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI