Primary tabs

Pouvez-vous nous décrire la situation actuelle des modèles de restauration collective et les tendances observées ?

« Depuis la crise sanitaire, nous devons travailler avec un nombre très limité de collaborateurs présents sur site. Le télétravail étant devenu un fait social, les entreprises et leurs partenaires de restauration collective ont dû adapter leurs modèles de restauration et de distribution en conséquence.

En parallèle, le consommateur porte davantage ses choix sur des produits locaux et de saison en réponse à ses préoccupations pour sa santé et l’écologie. Prenant en compte très sérieusement ces nouvelles exigences dans le choix du modèle de restauration collective, l’employeur oriente avant tout son choix sur le bien-être et la performance de ses collaborateurs, enjeux cruciaux pour la marque employeur.

Le rôle du consommateur devient de plus en plus prégnant et rend la segmentation B2B / B2C de moins en moins étanche. En tant que leader sur son marché, Sodexo doit faire preuve d’anticipation et d’adaptation pour toujours mieux satisfaire les envies du consommateur qui deviennent de plus en plus pressantes. »

Quelles initiatives récentes avez-vous lancées pour prendre en compte ces nouveaux défis et enjeux des comportements des consommateurs ?

« Sodexo s’est toujours adaptée à l’évolution des marchés ! Et fort heureusement, des initiatives ont été prises de longue dates pour anticiper ces profondes mutations. L’acquisition de FoodChéri il y a 3 ans, illustre bien cette ambition. Depuis, nous avons lancé « Seazon », une offre de restauration sous forme d’abonnement en ligne de livraison de repas afin de servir les collaborateurs à distance. Il était indispensable pour nous qu’ils puissent disposer de la portabilité de leurs avantages sociaux.

Mais un de nos grands enjeux, suite à cette crise inédite et ce tournant majeur, est de réengager le consommateur. Le faire revenir n’est pas simple mais cela passe par la considération unique que c’est bien lui le client. Il faut donc mieux comprendre ce qu’il attend, ce qu’il n’aime pas et ce qu’il recherche. Alors que les solutions étaient orientées vers la massification, nous devrons désormais nous orienter vers l’individualisation afin de délivrer plus de valeur et mieux répondre à ses attentes. Le nouveau concept Foodspot incarne notre vision d’un nouvel écosystème vers lequel notre modèle de restauration s’oriente. L’offre de restauration devient ainsi plus complète, plus modulaire, plus responsable, avec davantage de flexibilité et de variété. Grâce à nos équipes et à celles de CGI Business Consulting, le pilote a été un succès et les retours très positifs. »

Pourriez-vous nous décrire les prochains enjeux auxquels vous devez faire face pour déployer l’offre ?

« Devons-nous proposer la même offre qu’avant ? Certainement pas ! Nous devons réinventer de nouveaux usages. La restauration n’est plus une simple commodité mais devient le cœur d’une véritable expérience visant le collaborateur dans ses activités quotidiennes. Aujourd’hui les efforts portent sur les composantes mêmes de la restauration. Demain, nous pourrions imaginer des accès à des espaces de coworking, la livraison de fournitures de bureaux, des services de mobilité ou encore de conciergerie tel que le propose l’enseigne Circles.

C’est pourquoi, nous devons étendre notre volume d’activités auprès d’entreprises recherchant des solutions de restauration plus légères et favorisant le renouveau du lien social. L’espace de restauration devient un élément différentiateur de la marque employeur par sa modularité plus orienté aussi vers le partage et la sociabilisation.

Ces attentes résultent d’activités existantes et de socles d’expertise chez Sodexo. Nous avons donc tout intérêt à les faire converger afin de proposer une offre économique rentable pour l’entreprise et une expérience client « sans couture ». Plus communément appelé la « Convergence des Offres » chez Sodexo, nous souhaitons proposer des solutions hybrides pour répondre aux nouvelles expériences des consommateurs.

Plusieurs facteurs internes à Sodexo pourraient ralentir le déploiement de ce nouveau type d’offre mais les nouvelles exigences du client sont les principaux leviers sur lesquels Sodexo doit se concentrer. En effet, les modes de fonctionnement, les différentes cultures d’entreprise des pays où Sodexo est implantée devront se servir de ce terreau pour la mise en œuvre de cette « Convergence des Offres ».

Le défi est de taille, mais les premiers résultats, notamment en Espagne, sont encourageants. C’est pourquoi, malgré une forte résistance au changement, nous sommes en train d’évoluer et de faire preuve d’adaptabilité pour mutualiser ces segments. »

« Pour conclure, je dirais qu’aujourd’hui les modèles de restauration sont repensés pour s’adapter aux rythmes de travail des nouveaux consommateurs : je mange ce que je veux, où je veux, quand je veux. A l’avenir, cela se traduira par une réinvention des modèles à l’extrême autour d’enjeux et de contraintes tant techniques, logistiques, numériques que sociales. Nous devons penser et déployer ces nouveaux modèles de restauration en proposant des services encore plus personnalisés, en simplifiant les modes de paiement et en rendant accessibles ces solutions à tous afin d’offrir une expérience sans friction, sans couture. Grâce à ses expertises digitales et logistiques, Sodexo a tous les ingrédients pour être l’acteur de demain au service de ces nouveaux usages. »

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI