Rencontre avec Smaël, étudiant U’DEV, et Alexandre, son tuteur

Les 174 étudiants de la première promotion U’DEV ont intégré nos 6 campus en France en septembre 2017. Les 145 tuteurs CGI qui les accompagnent sur les projets dans lesquels ils ont été intégrés s’attachent à les faire grandir au mieux. Découvrez les portraits de deux d'entre eux, Smaël et Alexandre. 

Smaël Tanrhori

  • 25 ans, Développeur Java
  • Date d’entrée chez CGI : 2017
  • Formation : Développeur - U’DEV (promotion 2017)
  • Son plat préféré : aucun en particulier
  • Ses passions : le foot et les mangas
  • Petit, il rêvait de développer des jeux vidéo

Smaël, pourquoi as-tu choisi de suivre le cursus U’DEV ?

Après mon Bac (S), j’ai enchaîné une 1re année de prépa math puis 2 ans en Fac d’informatique et mathématique, avant d’arrêter mes études et de prendre un travail dans la restauration. Un jour, j’ai entendu parler de U’DEV grâce à RézoCity*. J’aime l’informatique, et la restauration ne me correspondait pas vraiment, alors je me suis dit : Pourquoi ne pas tenter ma chance ! Moins d’un mois plus tard, mon inscription était confirmée.

 

Que retiens-tu de tes premiers mois au sein de U’DEV et de CGI ?

Je trouve la partie formation à l’école assez simple pour l’instant, du fait de mes études. Honnêtement, je préfère la partie en entreprise. Nous sommes 9 étudiants U’DEV à avoir intégré la Business Unit Finance et nous avons été très bien accueillis. David Kirchhoffer, le Patron de la BU, nous a lui-même souhaité la bienvenue lors d’une réunion de présentation de la BU. Chez CGI, tout est nouveau pour moi : le site de La Défense, le secteur des ESN, le jargon de la Finance et même la façon de coder. En formation, on apprend à écrire la résolution d’un problème. Sur le projet, qui travaille en méthode agile, on va chercher à faire le plus simplement possible.

 

Que dirais-tu à un jeune qui hésite à postuler à U’DEV ?

Cela dépend de son profil, mais je dirais que ce qui compte c’est d’avoir un esprit logique (c’est indispensable) et d’être motivé. Les niveaux au sein de la promo sont vraiment mélangés, mais il y a une vraie solidarité entre les élèves et l’ambiance est très bonne. La Direction de l’école est également très attentive à nos besoins et aux problèmes que l’on peut rencontrer. 
J’ai pu aussi découvrir qu’il y a de vraies opportunités chez CGI. Je serai diplômé dans 2 ans et j’espère dans les années qui suivent devenir architecte ou chef de projet et aller le plus loin possible

Alexandre Jannotta

  • 32 ans, Architecte technique Java
  • Date d’entrée chez CGI : 2010
  • Formation : Ingénieur en informatique - Polytech Nice Sophia (promotion 2009)
  • Son plat préféré : les lasagnes
  • Sa passion : la moto
  • Petit, il rêvait de voyage dans l’espace

Alexandre, quel est ton rôle en tant que tuteur d’un alternant U’DEV ?

Smaël alterne six semaines sur le projet et deux semaines en formation. Je gère cette alternance comme on gère les départs en vacances des autres membres de l’équipe. Je lui confie des missions adaptées pour qu’il puisse les mener à bien pendant son temps de présence, sans avoir à les reporter sur quelqu’un d’autre.

Mon objectif en tant que tuteur est surtout de transmettre à Smaël un maximum de bonnes pratiques et de l’aider à devenir autonome. C’est un rôle qui me correspond bien. J’aime partager mes connaissances et j’ai besoin de transmettre ce que je sais.

 

 Comment s’est passée l’intégration de Smaël ?

Dès son arrivée dans la BU et avant même qu’il rejoigne l’équipe, j’ai donné quelques tâches à Smaël pour qu’il prenne connaissance de l’environnement projet. Son intégration s’est donc faite assez naturellement, sans dispositif particulier. Le client était quant à lui très intéressé par l’initiative U’DEV.

 

Pour toi, U’DEV c’est…

Je trouve ça génial. On manque cruellement de personnes formées aux technos sur lesquelles on intervient et U’DEV permet d’intégrer des personnes que l’on peut former à l’environnement voulu pour qu’ils soient parfaitement opérationnels. Cela demande du temps, mais le bénéfice vaut le coût de cet investissement.
Smaël apporte aussi un regard neuf. Il voit des choses que l’on ne voit pas, car on a la tête dans le guidon, et ses propositions sont intéressantes. Si on me propose d’intégrer un étudiant de la prochaine promotion U’DEV dans le projet, je dis oui sans hésiter.